de-lappel-de-me-wade-les-incongruites-dune-offre-politique

De l’appel de Me Wade : Les incongruités d’une offre politique….

afriquesports logo

Sidy Touré

Le Président Abdoulaye Wade débarque à Dakar, dans une liesse populaire, pour défier son successeur, le Président Macky Sall, qui réclame un second mandat. Empêcher la tenue du scrutin, brûler les cartes d’identité peu fiables, assiéger les bureaux de vote, traduire Macky Sall devant la justice américaine, voici ses cadeaux  chaleureux et autres offres incandescentes aux Sénégalais.

Toutefois, pour être opérationnelle, une offre politique devrait s’adosser au double principe du timing et de la légitimité.

Nous partons de ce postulat pour mettre au filtre de l’analyse du citoyen, la dernière offre de l’ancien président Wade. Ce, pour inviter donc le citoyen à qui et au nom de qui les offres politiques sont faites, à lire celle de maître Wade, relative à la tenue du scrutin du 24 février, dont l’ancien président semble plaider pour l’empêchement.

Au nom de quoi ? Serait-on tenté de se demander.

Cet appel est somme toute, peu à propos. Au moins pour deux raisons :

D’abord, si comme beaucoup le subodorent, le vieil opposant s’élève contre la tenue de la Présidentielle, simplement pour contester l’invalidation de la candidature de Karim Wade, cela semble, trop léger,  de la part d’un chantre de la démocratie, de sa trempe. Et pour cause, cela remet au goût du jour le jusqu’au-boutisme que nous jugeons puéril de la part du parti libéral, qui aurait dû préparer une candidature alternative à celle de Karim Wade, pour éviter l’incongruité d’une élection présidentielle sans le Pds. Et ainsi, préserver une chance pour les militants de voter pour le parti qu’ils ont toujours accompagné et par là, s’offrir la possibilité d’alterner le pouvoir politique et rétablir l’Etat de droit qu’ils estiment affaibli, sous le régime du Président Macky Sall.

Ensuite, empêcher la tenue du scrutin serait manquer de considération pour tous les candidats, porteurs d’une offre politique qui parle à une masse citoyenne importante. Qui a choisi, loin de la rue contestataire, de valider les candidatures de quatre leaders de l’opposition. Et, à réfléchir, en quoi les citoyens vivant au Sénégal doivent-ils défier le pouvoir en place et braver les forces de l’ordre pour les beaux yeux de Karim Wade, pour ne pas le nommer, qui se la coule douce hors du pays, attendant qu’on lui balise la voie, pour venir récolter les dividendes de l’investissement politique des sopistes.

Cela semble, pour être poli, bizarre, voire indécent. Car si l’on se donne le pouvoir d’appeler le peuple à braver les gaz lacrymogènes et souffrir des coups de matraque, pour porter un homme au pouvoir, on devrait aussi se donner les moyens de faire en sorte que cet homme-là puisse venir prendre part au combat. Même si une incarcération à Rebeuss plane, telle une épée de Damoclès, sur sa tété.  Ce qui conforte pour d’aucuns que la dévolution monarchique du pouvoir s’est muée en une  passation de service à la tète du Pds. Pour toujours mettre l’héritier  sur orbite……. pour la  conquête du pouvoir. Encore que l’aura du père ne semble pas dévolue au fils. En atteste l’accueil populaire réservé hier, par le peuple reconnaissant à l’homme de la première alternance politique du Sénégal. Lequel même peuple n’a toujours pas donner une quelconque suffrage électif au fils !

Abdoulaye Wade
featured
Politique
Sidy Touré

Sidy Touré

sidy