Connect with us

Actualités

(Vidéo) Me El hadji Diouf fait son show: blanchit Khalifa Sall

Me El Hadj Diouf : « Dire qu’en se constituant comme partie civile, la ville de Dakar reconnait la culpabilité de Khalifa Sall, est une tentative maladroite de détourner l’opinion  »
Lors de la suspension d’audience de Khalifa Sall, l’avocat Me El hadji Diouf a fait face à la presse pour dénoncer la déclaration du Procureur qui pense qu’en se constituant comme partie civile, la mairie de Dakar reconnait la culpabilité de Khalifa Sall. Me El hadji Diouf de dire que ceci est une tentative maladroite de détourner la presse et l’opinion. Pour lui, la ville de Dakar a bien fait de se constituer en partie civile parce que ce procès constitue un chemin pour déterminer s’il y a détournement ou pas, parce que l’argent en question est celui de la ville de Dakar.

Me El hadj Diouf blanchit Khalifa Sall : « Les deniers ne sont publics, ce sont les deniers de la ville Dakar »

Comme il fallait s’y attendre, Me El hadj Diouf a été la grande attraction de la salle, ce matin, à l’occasion de la réouverture du procès de Khalifa Sall. Se prononçant sur la possibilité que sollicite la ville de Dakar aux fins de se constituer partie civile dans cette affaire, la robe noire a plaidé que « l’action est recevable pour tous les chefs de dommage matériels et moraux ». En d’autres termes, l’institution municipale, selon ses dires, peut bel et bien désigner son conseiller juridique Me Moussa Sow pour la représenter au procès. Le fait que le préfet ait demandé la relecture du rapport de présentation de la ville de Dakar a outré Me Diouf. Il en déduit qu’il s’agit d’une « manipulation et d’un complot d’Etat ».

« Les deniers ne sont publics, ce sont les deniers de la ville Dakar. Il appartient à la ville et non au tribunal de définir l’existence de préjudices subis. Le mis en cause ne peut pas représenter la ville de Dakar dans cette affaire. C’est khalifa en tant que maire qui est poursuivi et non l’institution », croit savoir l’avocat. Ce dernier pense qu’il incombe au préfet de saisir la Cour suprême pour constater le non-respect supposé de la relecture du rapport mentionné plus haut.

Son confrère de la partie adverse, Me Babou, détecte anguille sous roche à travers cette volonté de la ville de Dakar de se constituer et parle de « polyvalence ». En clair, soupçonne Babou, « Il y a un formalisme à respecter pour être partie civile ». « Vous pouvez l ’écarter, mais vous ne pouvez pas l’annuler », avertit l’avocat à l’endroit de Me El hadj Diouf et Cie.

Advertisement
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité