Connect with us

Sports

Sarr espère “être la surprise” de Deschamps pour le mondial

Souvent à son avantage cette saison depuis qu’il a été reconverti en latéral droit par Rudi Garcia, Bouna Sarr pourrait profiter d’un certain vide à ce poste pour intégrer l’équipe de France et participer à la prochaine Coupe du monde. Le joueur de l’Olympique de Marseille veut en tout cas y croire…
Il y a encore quelques mois, l’idée de voir un jour Bouna Sarr intégrer l’équipe de France n’existait même pas. Il faut dire que le milieu de terrain offensif révélé au FC Metz n’avait alors jamais atteint un niveau lui permettant seulement de figurer parmi les meilleurs à son poste en championnat, loin de là… Mais tout a changé depuis que Rudi Garcia a tenté le coup de poker de faire reculer l’intéressé en position de défenseur latéral. A ce poste, l’ancien Grenat s’éclate et peut exploiter à merveille sa vitesse de course et son endurance. Il souhaite d’ailleurs, à 26 ans, y faire la suite de sa carrière. “Avec le temps, j’ai appris à aimer mon poste. J’ai pris ma décision, c’est mon nouveau poste et je compte y rester, a-t-il confirmé ce lundi soir sur les ondes de RMC. J’aime bien partir de loin, me servir de ma vitesse et de mon coffre pour déborder. A ce niveau-là, j’arrive à m’épanouir à l’Olympique de Marseille”.

Inévitablement, lorsqu’on parvient à se mettre en valeur au sein de l’une des meilleurs formations de Ligue 1, avec une belle aventure européenne en parallèle de surcroît, l’éventualité d’accéder à l’équipe nationale apparaît. Surtout que des latéraux droit, Didier Deschamps n’en compte que très peu. Ces derniers mois, Benjamin Pavard est venu concurrencer Djibril Sidibé, mais derrière… Alors pourquoi Bouna Sarr ne pourrait-il pas rêver ? “Pourquoi ne pas prétendre à cette place en continuant à être performant ?”, estime-t-il, tout en reconnaissant sans détour la supériorité du Monégasque. “On ne va pas se mentir, c’est le numéro 1 à ce poste. Mais il n’y a jamais vraiment eu de numéro 2”, explique le Marseillais.

Reste à savoir ce qu’en pense le rigoureux sélectionneur national, qui compte avant tout sur ses latéraux pour défendre. Or Bouna Sarr le concède aisément, il lui reste encore de grosses lacunes à combler. “Je dois progresser sur mon positionnement, mon marquage, mon coulissage”, explique-t-il. Des points faibles qui pourraient bien être fatals aux yeux d’un Didier Deschamps très exigeant dans ce domaine, surtout que dans le même temps, Mathieu Debuchy, bien plus expérimenté à ce poste, revient fort avec l’AS Saint-Etienne. Mais après tout, Benjamin Pavard évolue en défense centrale à Stuttgart, ce qui pourrait permettre à Bouna Sarr d’y croire encore. “Pourquoi pas être une surprise ?”, lance-t-il plein d’espoir.

football.fr

Advertisement
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité