Connect with us

Sports

Real Madrid – PSG : Les 7 joueurs qui ont porté les deux maillots

Toute la planète football attend cette rencontre avec beaucoup d’attention. Ce Real Madrid – PSG sera l’un des grands chocs de ces 8es de finale de Ligue des Champions. Pour certains, cette confrontation sera encore plus spéciale puisqu’ils ont porté les deux maillots durant leur carrière.

Deux et demi plus tard, le PSG et le Real Madrid se retrouvent à nouveau en Ligue des Champions. Sauf que cette fois-ci la double confrontation n’aura pas lieu en phase de poules mais en 8es de finale. Les deux équipes visent la victoire finale alors forcément, la tension et l’excitation seront au rendez-vous mercredi au Bernabéu (match à suivre en live commenté sur notre site). A l’instar de Carlo Ancelotti, entraîneur parisien (2011 – 2013) puis madrilène (2013 – 2015), pour quelques joueurs, la rencontre aura une saveur encore plus particulière. Leur cœur sera balancé puisqu’ils ont porté le maillot des deux équipes. La plupart sont des grands noms du football même si certains d’entre eux n’ont encore terminé leur carrière. Foot Mercato fait le tour de ces joueurs ayant joué au Real Madrid et au PSG.

 

Nicolas Anelka :

véritable globe-trotter, le Français a fait plusieurs passages à Paris durant sa carrière. C’est là qu’il a fait ses débuts en professionnels en 1996 après sa formation à l’INF Clairefontaine. Si Luis Fernandez l’a lancé dans le grand bain, l’arrivée de Ricardo a redistribué les cartes. Souhaitant avoir un temps de jeu plus important, il va au clash et rejoint Arsenal en 1997. En douze matches sous le maillot parisien, il avait claqué un but. Après deux années à Londres, Anelka s’est envolé en 2000 pour le Real Madrid. À cette époque, il n’avait que 20 ans. Son transfert lui atteint 220 millions de francs (32 millions). Une somme juteuse. Mais l’aventure ne se passera pas très bien, même s’il remporte la Ligue des Champions en 2000. Sa nonchalance, son niveau (7 buts en 32 matches) et son intégration au sein du vestiaire madrilène, autant de problèmes qui entraîneront son départ pour… Paris. Un retour au bercail qui a coûté 33,5 millions d’euros. Entre 2000 et 2002, il y marquera 18 buts en 57 rencontres et remportera une Coupe Intertoto en 2001. Après un an et demi, il sera prêté à Liverpool. Des tensions avec Fernandez causent notamment son départ. Pour finir, il effectuera une pige en tant qu’entraineur-joueur à Mumbai City en Inde. Début 2017 alors qu’il a déjà entamé sa reconversion, il a rejoint le club néerlandais de Roda JC dans un rôle de consultant et de superviseur du marché français.

Gabriel Heinze :

en 2001, le PSG met la main sur l’Argentin contre un chèque de 3,5 millions. Capable de jouer dans l’axe, mais aussi au poste de latéral gauche, il apporte sa grinta durant trois saisons. Le temps pour lui de marquer 8 buts en 132 rencontres. Mais surtout de remporter une Coupe Intertoto (2001) et une Coupe de France en 2004. Cette année-là, Paris termine deuxième du championnat. Heinze lui part du côté de Manchester United. En 2007, le défenseur a pris la direction du Real Madrid. Un transfert dont le montant atteint 12 millions d’euros. Avec les Merengues, il a gagné une Liga et une Supercoupe d’Espagne en 2008. Après 60 matches, il est revenu en France en 2009. Mais ce ne sera pas à Paris, où il a passé les trois plus belles années de sa carrière comme il l’a confié. Mais à Marseille. Heinze a désormais pris sa retraite sportive pour se lancer dans la carrière d’entraîneur. Si sa première expérience à Godoy Cruz tourne court, il est sacré champion de D2 argentine avec Argentinos Juniors en 2017 avant de prendre la direction de Velez Sarsfield.

Claude Makélélé :

après avoir fait l’essentiel de sa carrière en France, le milieu rejoint le Celta Vigo avant d’avoir les honneurs du Real Madrid en 2000. Au milieu des Galactiques, le Français parvient à se faire un nom et une place de choix. Sa puissance et son incroyable travail à la récupération sont des atouts précieux pour les Madrilènes. Des performances qui lui permettent d’ailleurs de retrouver les Bleus. En trois saisons, Makélélé remporte sept trophées dont deux Liga (2001, 2003) et la Ligue des Champions en 2002. Après une longue aventure de cinq ans à Chelsea, le milieu défensif vient terminer sa carrière dans la capitale française entre 2008 et 2011. La trentaine bien entamée, il s’impose malgré tout dans cet effectif où son expérience est un plus indéniable. Vainqueur de la Coupe de France en 2010, il raccroche les crampons un an plus tard avant de se lancer dans une carrière d’entraîneur. D’abord adjoint de Carlo Ancelotti, puis de Laurent Blanc, il tente sa carte personnelle du côté de Bastia en 2014. 12 matches plus tard, il est démis de ses fonctions. Il devient ensuite directeur technique à Monaco en 2016 puis part accompagner Paul Clement (ancien adjoint d’Ancelotti) à Swansea début 2017. A l’automne, il quitte le Pays de Galles pour prendre en main l’équipe belge du KAS Eupen en Jupiler League.

David Beckham :

son départ de Manchester United s’était fait dans la douleur en 2003. Mais le Spice Boy n’avait pas résisté à l’appel du pied du Real Madrid. Une star de plus dans un effectif de rêve. Des Galactiques qui ont déçu puisqu’en quatre ans ils n’avaient remporté que la Supercoupe d’Espagne et la Liga en 2007. L’Anglais acheté plus de 37 M€ a maqué 20 buts en 159 matches sous le maillot du Real Madrid. Son arrivée au PSG en 2013 se fait dans d’autres circonstances. Beckham, 37 ans, est en fin de carrière. Mais son nom, son image, apportent forcément à un club qui veut rêver plus grand. En six mois, l’Anglais joue treize rencontres. Il finit surtout sa carrière de footballeur en remportant le championnat de France. Après cela, l’Anglais se consacre à ses nombreuses opérations commerciales et à son rôle d’ambassadeur de l’UNICEF. Dernière actualité en date il y a quelques jours, David Beckham a annoncé la création d’une équipe de football à Miami. Cette nouvelle franchise doit intégrer la MLS à l’horizon 2020.

Angel Di Maria :

après ses débuts à Rosario et une arrivée en Europe par Benfica, l’Argentin a posé ses bagages à Madrid où il est recruté par le Real contre 40 M€ en 2010. Placé par Mourinho en milieu offensif en association avec Özil, il distribue caviar sur caviar. Blessé à la fin 2011, il peine à retrouver son efficacité offensive. D’autant qu’avec l’arrivée d’Ancelotti et surtout de Gareth Bale, il est promis à une place sur le banc. S’il souhaite quitter le club, le coach italien le convainc de rester. Bien lui en a pris. El Fideo profite du fragile physique du Gallois pour jouer plus que prévu avant d’être titularisé à une place plus reculée au milieu de terrain, en lieu et place d’un Khedira blessé. A ce nouveau poste, il se révélera à nouveau et son importance sera capitale dans la conquête de la Decima en finale de Ligue des Champions face à l’Atlético de Madrid en 2014. Néanmoins, avec les venues de Toni Kroos et de James Rodriguez, il scellera son départ pour Manchester United. Malgré un transfert de 75 M€ et un contrat de 5 ans, le mariage entre l’Argentin et les Red Devils tourne au fiasco. Un an plus tard, il signe au PSG contre 63 M€ et devient rapidement un élément majeur du onze de Laurent Blanc. Après une saison très prolifique en terme statistique, il connait un sérieux coup de mou lors de sa deuxième saison. Mis carrément sur le banc par la venue de Draxler, il finit par regagner la confiance d’Emery et revient dans le onze. Aujourd’hui, les venues de Neymar et Mbappé lui ont sérieusement barré la route. Désireux de quitter la capitale française, il est à deux doigts de filer au Barça dans les dernières heures de l’été. Remplaçant de luxe, il traîne son spleen à l’automne mais effectue un retour canon depuis le début de l’année 2018. Suffisant pour être titulaire face à son ancien club ?

Jesé Rodriguez :

considéré comme un crack à ses débuts, le Real Madrid et notamment Carlo Ancelotti misent beaucoup sur ce pur produit de la Fabrica. Le Mister le place souvent en milieu offensif droit. Dans un rôle de doublure, il s’illustre tout de même avec 5 buts marqués en Liga entre novembre et février dont le premier lors du Clasico au Nou Camp. La suite sera moins heureuse. Il est victime d’une rupture des ligaments du genou à 20 ans et ne retrouvera plus vraiment son niveau. Deux saisons correctes après, il quitte son club formateur pour rejoindre le PSG contre 25 M€. Il ne restera clairement pas dans les mémoires des supporters parisiens. 14 apparitions toutes compétitions confondues et deux buts plus tard, l’attaquant polyvalent est prêté dès le mercato suivant à Las Palmas. Dans ses Canaries natales, il ne parvient pas à convaincre non plus (16 apparitions, 3 buts en Liga) et revient au PSG à l’été qui cherche à s’en débarrasser par tous les moyens. C’est Stoke City qui se dévouera pour l’accueillir sous forme de prêt. Il effectue des débuts canons marquant l’unique but de la rencontre face à Arsenal mais la suite sera plus chaotique. Mark Hughes ne lui accorde pas sa confiance et il jouera même avec les U23 des Potters pour garder le rythme. L’éviction du coach gallois lui sera bénéfique car Paul Lambert compte sur lui.

Lassana Diarra :

quelle curieuse carrière que celle de Lassana Diarra. En 2005, une saison après avoir débuté avec Le Havre, son club formateur, en Ligue 2, le jeune milieu de terrain (19 ans alors) rejoint Chelsea en échange d’un chèque de 4 M€. Chez les Blues, il joue très peu et doit se contenter de rencontres dans les diverses coupes. C’est alors que ses qualités sautent aux yeux et certains le voient déjà en un Makélélé 2.0. Il en demande plus et souhaite quitter Chelsea après deux saisons. Il prend le taxi et file à Arsenal dans les derniers moments du mercato. Mais ici aussi, il n’est qu’une solution de remplacement et malgré son nouveau statut d’international, il rejoindra Portsmouth à peine six mois plus tard. Dans ce club moyen de Premier League, il confirme enfin les espoirs placés en lui, remportant même la Cup en 2008. Le Real Madrid sent le bon filon et le recrute pour pallier à la blessure de Mahamadou Diarra dès l’hiver 2009 contre 20 M€. Chez les Merengues, il est rapidement titulaire et enchaîne les bonnes prestations. A l’hiver 2011, il est proche du départ mais quittera le Real Madrid à l’été 2012 pour entamer sa tournée des gros contrats. Une saison à l’Anzi Makhatchkala aux côtés de Samuel Eto’o et de Roberto Carlos puis une seconde au Lokomotiv Moscou feront du bien à son compte en banque. Moins à son football et à sa réputation. Avec le club moscovite, il entre en confilt après la résiliation de son contrat. Alors que son ancien employeur lui réclame 10 M€. Condamné à payer cette amende, il s’est entre temps relancé à l’OM. Six excellents mois lui réouvrent les portes de l’équipe de France mais la suite sera plus compliquée. Il entre à nouveau en conflit avec ses dirigeants et finit par résilier son contrat en février 2017. Deux mois plus tard, il signe à Al-Jazira Club aux Émirats Arabes Unis. Son contrat est cassé en décembre mais il rebondit rapidement au PSG. Il signe pour un an et demi et doit prendre le rôle de sentinelle. Reste à savoir s’il sera titulaire ou remplaçant.

Advertisement
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité