Connect with us

Sports

Ligue des Champions – La question brûlante : Ce Real Madrid fait-il un beau finaliste ?

Comme au tour précédent, le Real Madrid a souffert le martyr pour se défaire du Bayern Munich en demi-finale de la Ligue des Champions. Mais le club merengue a encore su assurer l’essentiel. Fait-il un beau finaliste cette saison ?

C’est à croire que Didier Deschamps et Zinedine Zidane partagent la même bonne étoile. C’est à croire que la légendaire « chance » (pour ne pas utiliser un mot grossier de six lettres qui commence de la même façon) du sélectionneur de l’équipe de France, réelle ou supposée, escorte aussi l’entraîneur du Real Madrid. Ce dernier deviendra le 26 mai prochain à Kiev le troisième entraîneur de l’histoire à disputer trois finales consécutives de Ligue des Champions, après Marcello Lippi et Fabio Capello.

Un club très fermé auquel l’ancien numéro 10 des Bleus a bien failli ne pas être invité. Encore une fois, il s’en est fallu d’un rien mardi pour que le rêve d’un troisième titre européen de suite s’envole pour le Real Madrid, ballotté comme rarement par le Bayern Munich en demi-finale retour (2-2). Mais comme au tour précédent contre la Juventus Turin, le club merengue s’en est tiré, avec de la réussite et une efficacité quasi insolente, pour rester en course vers un triplé inédit en C1 depuis les années 70.

UN REAL MADRID TRÈS ITALIEN

Ce n’est pas nouveau pour le Real version Zidane de se faire des frayeurs au cours de son épopée européenne. Il avait dû remonter deux buts de retard contre Wolfsburg en quart retour en 2016 (3-0), s’était ensuite contenté d’un CSC de Fernando en demi-finale (1-0) et avait dû attendre la séance de tirs au but pour se défaite de l’Atlético Madrid en finale (1-1, 5-3 TAB). Il avait aussi été poussé à la prolongation par le Bayern, déjà, en quart de finale l’année passée (4-2 ap). A chaque fois, il avait réussi à s’en sortir, grâce à son impitoyable réalisme offensif et sa capacité à gérer ses temps faibles. Une recette très italienne finalement, comme si ce n’était pas un hasard si Zidane est désormais l’égal en Ligue des Champions de deux techniciens transalpins, après avoir passé lui-même cinq saisons à la Juventus comme joueur.

RÉDUCTEUR DE RÉSUMER UNE HÉGÉMONIE À DES COUPS DE SIFFLET

Certes, le Real a régulièrement bénéficié depuis trois ans de petits coups de pouce du destin, comme ces deux penalties que l’arbitre aurait pu accorder au Bayern Munich ce mardi. Ce n’est pas la première fois que les coups de sifflet, ou leur absence, vont dans le sens des Merengue. Parait-il que la chance se provoque, ils doivent faire ce qu’il faut pour. Il serait de toute façon trop réducteur de résumer l’hégémonie madrilène sur le football européen depuis maintenant cinq ans à des décisions arbitrales favorables. Zidane n’a pas imprégné une réelle identité de jeu à son équipe en 30 mois passés à sa tête. Elle ne maîtrise pas toujours tout, semble parfois à la limite de rompre, n’est jamais vraiment la même d’un match à l’autre. Mais ce qui pourrait être une faiblesse, le Real en a fait un atout.

CE NE PEUT PLUS ÊTRE UN MIRACLE

Son entraîneur lui a diffusé une force collective qui fait que le Real sait toujours comment se sortir des pièges, nombreux dans un parcours de Ligue des Champions. Il lui était prédit la sortie contre le PSG dès les huitièmes de finale ? Il a fait parler son expérience des grands rendez-vous et livré une leçon tactique en deux actes. Il se dirigeait vers la prolongation contre la Juventus ? Il a mis le coup de collier qu’il fallait dans le dernier quart d’heure pour achever les Bianconeri au cours du temps additionnel. Il était bousculé par le Bayern Munich, supérieur dans le jeu ? Il s’en est remis à Karim Benzema, héros d’un soir, et à l’axe de sa défense, de son gardien à sa charnière, pour tenir son court avantage jusqu’au coup de sifflet final. Il y avait par moments le sentiment que ça tenait du miracle ce mardi. Mais quand un prodige se produit si souvent, ce n’en est plus vraiment un. C’est qu’il y a autre chose. Indéfinissable et pourtant si important.

Advertisement
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité