Connect with us

Actualités

Imam Ndao : « Ce que je reproche aux tidjanes, mourides, layènes, etc. … »

Le procès de l’imam Alioune Ndao et Cie se poursuit devant la chambre criminelle du tribunal de grande instance de Dakar.

Interrogé par le Président de la cour sur le contenu de l’enquête préliminaire effectuée par la Section de recherches de la gendarmerie, il a battu en brèche certaines affirmations des enquêteurs.

« Je n’ai pas de téléphone satellitaire. Je n’avais qu’un seul téléphone acheté à 15 000 F CFA. J’ai ensuite eu un autre téléphone portable qui m’a été offert par un professeur qui avait séjourné au daara. A part mes livres coraniques et le pistolet en mauvais état, ils (les gendarmes) n’ont saisi rien d’autre chez moi. Je ne suis pas de ceux qui pensent que la lutte contre le terrorisme doit se faire par la force. Le Sénégal pouvait lutter contre le terrorisme de façon beaucoup plus sage parce qu’il en a les capacités»,dit-il.

Sur les vidéos d’exécution trouvés dans son ordinateur, il soutient que cela ne veut rien dire. « J’ai d’autres vidéos beaucoup plus horribles. J’ai des vidéos dans lesquelles on tue les gens avant de les manger. Mais, cela ne veut pas dire que j’adhère à l’idéologie de ceux qui commettent ces actes. J’ai commencé à faire mes recherches sur tout ce qui touche les musulmans. Je n’étais âgé que de 19 ans », renseigne l’imam.

Il dit entretenir « de très bonnes relations avec toutes les familles religieuses », même s’il est sunnite.

« Je suis pour la cohabitation pacifique des religions, dans le respect mutuel. J’ai choisi d’être un sunnite, mais j’ai toujours demandé aux fidèles, tidjanes, mourides, layènes, etc. de se conformer aux recommandations de leurs guides respectifs », dit-il. Toutefois, il n’aime pas la manière dont ils fréquentent les tombes des défunts khalifes. « Le Prophète Mohamed recommande de se recueillir sur une sépulture seulement pour prier pour le défunt et non pour solliciter des prières », dit-il.

Imam Ndao : « Ce que je reproche aux tidjanes, mourides… »
Le procès pour terrorisme a repris ce lundi avec la poursuite de l’audition de l’imam Alioune Ndao, entamée la semaine dernière. Présenté dans le procès-verbal de l’enquête préliminaire comme très critique vis-à-vis des confréries religieuses sénégalaises, ce dernier a balayé les accusations à la barre.

« Je suis pour la cohabitation pacifique des religions, dans le respect mutuel, jure-t-il. J’ai préféré être un sunnite, mais dans mes prêches j’ai toujours demandé aux fidèles, tidjanes, mourides, layènes, etc. de se conformer aux recommandations de leurs guides respectifs. De mon point de vue, c’est ce qui favorisera notre unité à tous. »

L’imam Ndao admet cependant être contre les prières formulées par les fidèles des confréries religieuses sénégalaises sur les tombes de leurs marabouts. « Le Prophète Mohamed recommande de se recueillir sur une sépulture. Seulement, l’on doit prier pour le défunt et non le solliciter dans des prières », corrige-t-il.

Advertisement
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité