Connect with us

Sports

[EXCLUSIF] MEILLEUR XI DE L’HISTOIRE DU FOOTBALL SÉNÉGALAIS

En cette année 2018, le Sénégal fera face à  l’une des périodes les plus importantes de son histoire footballistique. Russie 2018 marquera seulement la deuxième participation du Sénégal à une phase finale de Coupe du Monde après 2002. L’événement est si grand qu’il est difficile de s’en rendre compte actuellement. Ainsi, Galsenfoot fait l’honneur de vous concocter le plus grand 11 de l’histoire du football sénégalais depuis l’indépendance, afin d’honorer les plus grandes gloires de notre football. (Ce classement prend en compte les facteurs les plus importants que sont les performances en clubs et surtout en sélection, la longévité au haut niveau, le nombre de sélections en équipe nationale et la popularité).

Formation 4-4-2 :

Entraineur : Bruno Metsu

Abdou Karim (Bruno) Metsu est le meilleur entraineur que le Sénégal ait connu. Même s’il n’a fait que deux ans à la tête de l’équipe, les résultats qu’il a réussi à obtenir ont fait jubiler nos plus jeunes ainsi que nos plus vieux compatriotes. Français d’origine, feu Bruno Metsu a réussi à comprendre plus que quiconque l’énergie qui habite notre pays ainsi que notre équipe et a su trouver une alchimie parfaite, des joueurs sélectionnés, au staff technique jusqu’à l’entourage de l’équipe, afin de créer un groupe capable de donner satisfaction au peuple sénégalais. Le Sénégal était devenu son deuxième pays, d’où sa volonté d’être enterré dans son pays adoptif, ce qui fût le cas. Deux ans à la tête d’une équipe c’est court, mais ‘’Birno’’ s’est ancré dans le cœur de tous les sénégalais à jamais.

Gardien : Tony Sylva

Le Sénégal a connu de très grands gardiens de buts. Mais Tony Mario Sylva est le gardien sénégalais qui a eu à jouer au plus haut niveau et qui a même su le faire avec brio. En Afrique et dans le monde, Sylva est synonyme de gardien du Sénégal. Il a joué un rôle capital dans la qualification du Sénégal à sa première Coupe du Monde ainsi qu’à la CAN 2002 et au Mondial de la même année. Sa CAN époustouflante lui avait valu le prix de meilleur gardien du tournoi. Beaucoup se souvienne encore de ses arrêts inoubliables lors de la séance de tirs aux buts face au Cameroun en finale, sur Pierre Womé d’abord, puis sur Rigobert Song. Malheureusement pour lui, ses coéquipiers tireurs n’avaient pas pu faire leur part du travail. En Corée du Sud et au Japon, Tony Sylva s’est révélé comme le meilleur gardien que ce pays ait connu ce qui lui a valu une place de titulaire indiscutable durant de longues années. Avec 83 séléctions, Sylva est le 3ème joueur le plus capé de l’histoire et, bien entendu, le gardien le plus capé de tous les temps.

Arrière droit : Ferdinand Coly

Hormis la teinte beige d’El Hadji Diouf, les rastas au vent de Ferdinand Coly sont peut-être l’image la plus reconnaissable d’un joueur de l’équipe nationale que ce soit en Afrique ou dans le monde. Sa rigueur, sa détermination, sa force défensive et son apport offensif ont marqué les supporters des Lions à jamais. Coly a joué un rôle déterminant dans l’épopée inoubliable de 2001-2002 et a d’ailleurs été nominé pour le Ballon d’Or africain en 2001, aux côtés de son coéquipier en sélection et en club, El Hadji Diouf. Son débordement et sa passe décisive pour Diouf lors d’un certain 14 juillet 2001 à Dakar face au Maroc devant 60 000 spectateurs donnent encore la chair de poule. Capitaine lors de la CAN 2006, Coly s’est longtemps imposé comme titulaire indiscutable en sélection comme dans ses nombreux clubs de Serie A. Depuis son dernier match en 2007, l’équipe nationale n’a jamais retrouvé un latéral droit aussi rassurant et talentueux.

Défense centrale : Lamine Diatta

Lamine Diatta fut la tour de contrôle de la défense sénégalaise pendant presque une décennie. Pilier de la défense en 2001-2002, Diatta a joué un rôle déterminant lors de la meilleure période footballistique du Sénégal. Que ce soit lors des éliminatoires, à la CAN 2002 ou au Mondial 2002, Diatta a non seulement tenu la barraque en arrière mais a également su apporter offensivement comme lors de son but décisif face à l’Égypte en match d’ouverture de l’équipe lors de la CAN au Mali, une victoire 1-0 qui a su mettre le Sénégal sur les bons rails. Si ce n’était son sauvetage décisif sur la ligne face à l’Uruguay au Mondial, le Sénégal n’aurait pas connu les délices d’un deuxième tour de Coupe du Monde. Que ce soit aux côtés d’Aliou Cissé, de Pape Malick Diop ou de Souleymane Diawara quelques années plus tard, le numéro 13 mythique des Lions était indéboulonnable de 2000 à 2008 d’où son nombre énorme de 70 sélections qui lui valent la place de 5ème joueur le plus sélectionnés de l’histoire.

Défense centrale : Roger Mendy

Avant la génération 2002, Roger Mendy était un des footballeurs sénégalais les plus célèbres. Un style de jeu unique, une élégance impressionnante, des relances précises, des récupérations de balles propres, étaient les facteurs qui faisaient de l’homme un pilier de la défense sénégalaise pendant presque 20 ans (1979-1995). Il a d’abord fait les beaux jours de la Jeanne d’Arc de Dakar avant de faire feu et flamme en France, au Sporting Toulon puis à l’AS Monaco. C’est d’ailleurs à l’ASM que Mendy a eu à faire partie de l’inoubliable « Black Connection » composé de George Weah, actuel président-élu du Libéria, James Debbah, actuel entraîneur du Libéria, et bien sûr du taulier français Lilian Thuram. Mendy a d’ailleurs fait partie des mentors de Thuram et l’a aidé à améliorer son anticipation, ses tacles, ainsi que sa détente verticale. Dans une équipe du Sénégal qui peinait à avoir des résultats, Roger Mendy, qui évoluait en tant que libéro, était une des véritables satisfactions de l’équipe et fut pour longtemps une vraie idole pour les amoureux sénégalais du ballon rond. Avec 87 sélections, il est le 2ème joueur le plus capés du Sénégal.

Arrière gauche : Omar Daf

Bruno Metsu disait en 2002 que si Omar Daf arrivait en retard à un entrainement, il neigerait au Sénégal. Cette anecdote montre le sérieux dont Omar Daf a fait preuve durant toute sa carrière professionnelle. Arrière droit de métier, Daf a fait les beaux jours de l’équipe nationale sur le côté gauche de la défense, le côté droit ayant longtemps était occupé par l’excellent Ferdinand Coly et puis par le très performant Habib Bèye. Mais la polyvalence de Daf ainsi que son très bon pied gauche lui ont permis d’être à l’aise à gauche et de jouer un rôle important en sélection pendant plus d’une décennie. On se souvient de sa récupération du ballon contre la France en 2002 pour lancer El Hadji Diouf et permettre au Sénégal de marquer le but le plus important de son histoire. Arrivé en sélection en 1999, Daf était là bien avant la génération 2002 et a su apporter son expérience à l’équipe. Avec 5 Coupes d’Afrique et 1 Coupe du Monde, il est une des grandes références de notre football en termes d’expérience et de palmarès. Sa fidélité à son club de cœur le FC Sochaux lui a même permis de devenir le premier entraineur africain à entrainer dans un des 5 grands championnats européens, même s’il ne l’a fait que par intérim. Aujourd’hui entraîneur de l’équipe réserve de Sochaux et adjoint d’Aliou Cissé, on espère qu’il pourra inculquer son mental à l’équipe actuelle.

Milieu droit : Henri Camara

Recordman de caps avec 99 sélections et meilleur buteur de l’histoire du Sénégal avec 29 réalisations, la place d’Henri Camara dans ce onze est plus qu’assurée. En sélection de 1999 à 2008, sa longévité ainsi que son rendement l’ont inscrit dans le cœur des sénégalais pour toujours. Son doublé face à la Suède en 2002 a fait pleurer de joie tout un peuple et l’a placé dans le panthéon de notre football. Le lapin flingueur a aussi fait les beaux jours des clubs où il est passé, en Angleterre comme en France, et sa longévité lui a permis de rester au haut niveau jusqu’à aujourd’hui. Reste à voir si Aliou Cissé lui permettra d’obtenir sa 100ème sélection tant méritée.

Milieu central : Papa Bouba Diop

Meilleur buteur sénégalais en Coupe du Monde avec 3 buts, Papa Bouba Diop peut être considéré comme le meilleur milieu relayeur que ce pays est connu. Du haut de son mètre 94, sa taille ne l’a jamais empêché d’étaler sa technique et sa vitesse. Doté d’une grande intelligence de jeu ainsi que d’une puissance physique impressionnante, le 19 légendaire du Sénégal était titulaire indiscutable dans l’entrejeu de 2001 à 2008. Avec El Hadji Diouf et Sadio Mané, Bouba Diop est un des trois seuls sénégalais à figurer dans les 30 joueurs nominés pour le Ballon d’Or France Football. C’était en 2002 où il termina 21ème, ex-aequo avec son compatriote Diouf. La même année, il figure dans le onze type des jeunes joueurs qui se sont révélé durant le Mondial selon le journal Le Monde. Totalisant 11 buts et 63 sélections, il est le 7ème joueur le plus sélectionnés de l’équipe nationale.

Milieu central : Oumar Guèye Sène

Oumar Gueye Sène était le chef d’orchestre du milieu de terrain du Sénégal durant les années 80 et 90. Il a fait les beaux jours de l’US Gorée ainsi que du Stade Lavallois et du Paris-Saint-Germain. Élégant et distingué dans son jeu, il fut un des premiers sénégalais à avoir marqué la Ligue 1 et la Coupe UEFA, notamment grâce à sa technique exceptionnelle et à sa finesse de jeu. Milieu offensif capable de jouer comme milieu défensif et comme attaquant, Guèye Sène devient la pièce maîtresse de l’entrejeu du PSG après le départ de Luis Fernandez. Au PSG, il est nommé capitaine et devient le premier sénégalais à être nommé capitaine officiel d’un club de Ligue 1, avant Habib Bèye à l’Olympique de Marseille. Il compte 53 sélections avec le Sénégal.

Milieu gauche : Khalilou Fadiga

Il est difficile de ne pas adorer Khalilou Fadiga, même si on n’est pas fan de football. Dans un pays où la critique est omniprésente, Fadiga est un des rares joueurs à s’être rarement fait critiquer en équipe nationale tellement son talent et son rendement dans le jeu étaient incroyable. Meilleur meneur de jeu que le Sénégal ait connu, le gaucher magique était le dépositaire du jeu du Sénégal de 2000 à 2005. En football, 5 années c’est peu, mais pour beaucoup ces 5 années semblent avoir durer 10 ans ou plus tellement Fadiga a fait vibrer les fans du ballon rond. Avec sa technique, sa vision de jeu, et sa qualité de dribbles et de passes, il a été époustouflant en sélection comme en club, notamment à Auxerre où il a régalé Djibril Cissé de passes décisives. Après une Coupe du Monde 2002 incroyable, le monde entier aurait pu découvrir la classe mondiale de Fadiga à l’Inter de Milan, mais malheureusement « Khali » a été freiné par son problème cardiaque. Même s’il n’a pu atteindre le sommet de son art, il aura quand même fait vibrer tout un peuple et tout un continent.

Attaquant : Jules Bocandé

Jules Bocandé est considéré comme un des plus grands sportifs de l’histoire du Sénégal ainsi qu’un des plus grands footballeurs africains à avoir évolué en Europe. Bocandé était le symbole du football sénégalais avant la génération 2002, et fait parti de ceux qui ont justement inspiré les artisans de cette épopée à devenir footballeur professionnel. En 1985-1986 il devient le premier africain à terminer meilleur buteur du championnat de France avec 23 buts sous le maillot de Metz. Son triplé mythique face au Zimbabwe en 1985 permet au Sénégal de retrouver la Coupe d’Afrique des Nations pour la première fois depuis 1968. Son décès en 2012 fut un deuil national et son pays à su rendre un hommage mérité à un homme qui a marqué tout un sport, tout un pays et tout un continent.

Attaquant : El Hadji Diouf

Quand on mentionne le Sénégal dans le monde, le nom de Diouf revient automatiquement. Double Ballon d’Or Africain (2001, 2002), El Hadji Diouf est tout simplement le plus grand footballeur que le Sénégal ait produit. Auteur de 8 buts lors des éliminatoires au Mondial 2002, il a porté son équipe vers une première qualification historique en Coupe du Monde. En 2002, il a laissé son empreinte sur le monde du football avec une CAN et un Mondial inoubliable où il a permis au monde entier de découvrir son génie et son talent. Il termine dans le onze type de la Coupe du Monde et 21ème au classement du Ballon d’Or France Football la même année. Même s’il est passé par de grands clubs comme le RC Lens et Liverpool, Diouf n’a malheureusement pas réussi à éclore en club comme en sélection. Mais ce qu’il a fait pour son pays est si unique que Pele l’a classé parmis les 100 meilleurs joueurs de tous les temps en 2004. Espérons que Sadio Mané pourra suivre les pas du Serial Killer Dioufy Fire.

(Mentions spéciales) Remplaçants (7 possibles) :

Gardien : Cheikh Seck
Défense : Pape Malick Diop- Habib Bèye
Milieu : Idrissa Gana Gueye- Louis Camara
Attaque : Sadio Mané- Souleymane Sané

Source: www.galsenfoot.com

Advertisement
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité