Connect with us

Sports

El Hadji Diouf ‘’Ce qui me fait mal…’’

Dans un entretien accordé à ‘’Sofoot’’, El Hadji Ousseynou Diouf a parlé de sa tristesse, de son enfance… L’ancien attaquant des Lions du Sénégal pense que les Africains ne sont pas aussi bien vus que les Européens.

El Hadji Ousseynou Diouf a encore parlé. Et quand il le fait, on sait à quoi s’attendre. Dans une interview sur ‘’sofoot.com’’, l’ancien attaquant international sénégalais n’a pas trahi sa personnalité. Sans langue de bois, il a répondu sèchement. Qu’est-ce qui vous a rendu le plus triste ? ‘’La méchanceté des gens. Ceux qui te voient réussir et qui se disent : ‘Pourquoi lui et pas moi ?’ L’hypocrisie aussi. Mais pour un incapable, il est normal de jalouser les autres. Je ne m’attarde pas sur eux, mais ça me révolte. Enfin, tu peux ressentir cela en toi et ne pas le montrer’’, a-t-il avoué.

Mais l’ancien joueur du Stade Rennais en veut, apparemment, plus à la Fifa. ‘’Ce qui me fait le plus mal, aujourd’hui, c’est ce qui s’est passé lors du tirage de la Coupe du monde. On voit Figo, Cannavaro, Maradona, Forlán, des légendes, mais aucun Africain. Il manquait Roger Milla, El Hadji Diouf, Samuel Eto’o, Didier Drogba, George Weah, Salif Keïta’’, a-t-il fustigé. Pour Dioufy, ‘’c’est un manque d’élégance’’. ‘’Je pense que des joueurs comme Sadio Mané ou Mohamed Salah, qui vont disputer la Coupe du monde, auraient aimé pouvoir se dire que lorsqu’ils arrêteront, ils pourront participer à un tirage. Ce qui me fait mal, c’est que les Africains ne sont pas aussi bien vus que les Européens. Ils signent moins dans les grands clubs, on leur pardonne moins de choses sur un terrain de football’’, a-t-il ajouté.

Diouf impute ce fait aux Africains qui s’enferment dans un mutisme. Ainsi, pour exiger le respect, l’ancien capitaine des Lions les exhorte à s’unir. ‘’Si on ne l’est pas, on n’obtiendra jamais ce que l’on souhaite. On veut être sur le même pied que les autres. Il n’y avait personne pour représenter les Noirs, l’Afrique. Tout le monde aurait dû s’unir pour dénoncer ça. Samuel Eto’o ou Didier Drogba auraient dû le dire, mais peut-être qu’ils ne le souhaitaient pas. C’est aussi la faute des Africains. Mawade Wade, un grand entraîneur, disait : ‘La différence entre l’Europe et l’Afrique, c’est qu’en Europe, ils font et feront toujours en sorte que leurs héros soient respectés, alors qu’en Afrique on tue nos héros.’’’

L’attaquant, qui a porté le maillot de Liverpool, fait savoir qu’il est en train de se battre pour rétablir les choses : ‘’Défendre l’Afrique se fait par des actes et c’est ce que je fais actuellement. Un guerrier ne gagnera qu’une seule chose : être tué en premier. Zlatan n’est pas arrogant. Ibra a débarqué en France en disant : ‘Je serai le patron du championnat de France’ et il l’a fait. Un arrogant, c’est quelqu’un qui ne peut pas faire ce qu’il dit. Si le fils de Messi lui demande de marquer deux ou trois buts, il le fait. El Hadji Diouf a dit, la veille d’un match France-Sénégal : ‘On va gagner 1-0’, résultat qui permettrait au Sénégal de briller partout dans le monde et il l’a fait.’’

‘’Mes grands-parents et parents ont tout fait pour m’empêcher de jouer au foot’’

L’ancien sociétaire de Lens est également revenu sur son enfance et ses débuts dans le ballon rond. ‘’Je voulais uniquement jouer au football, alors que mes grands-parents et parents voulaient que j’aille à l’école. Ils ont tout fait pour m’en empêcher. À l’époque, il n’y avait que des ratés. Qui laissait-on jouer au football ? Ils m’ont mis dans un atelier de menuiserie, puis en mécanique, un peu partout, mais je n’y restais que deux ou trois jours, puis je faisais l’école buissonnière et je prenais mon ballon de foot, que je fabriquais parfois à partir de rien’’, raconte-t-il.

Sa ténacité et sa passion l’ont envoyé en Europe pour finalement aboutir à une grande carrière. ‘’À la base, je ne devais pas partir. Il y avait un recruteur, M. Mbow. Il avait emmené Taribo West et beaucoup de grands joueurs africains en Europe. On lui avait parlé d’un jeune qui s’appelait Makhtar N’Diaye. Il a joué à Rennes et disputé la Coupe du monde avec nous. Il était venu pour lui. J’ai entendu l’info et je suis allé le voir juste après un match de détection : ‘Monsieur, je pense que je suis la personne que vous venez chercher. Je vais réussir. Faites-moi plaisir, emmenez-moi.’ Il m’a pris pour un fou, mais un de ses amis lui a dit : ‘Pape, je crois en ce petit. Il a déjà de l’ambition et de l’envie.’ Il m’a emmené de Saint-Louis à Dakar. Je m’entraînais avec les petits. Tous les jours, il me voyait progresser et j’ai fini par partir’’, retrace l’attaquant qui a joué à Sochaux, à Bolton…

Double Ballon d’or africain (2001 et 2002), El Hadji Diouf a disputé une demi-finale de Coupe d’Afrique des nations (Can) et un quart de finale au Mondial-2002.

Advertisement
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité