Connect with us

Actualités

( 08 Photos) « Pays de merde ». Trump refuse de présenter ses excuses Face à Paul Kagame, Regardez ce qu’il fait …

Trump Adresse De Davos « Ses Sentiments Chaleureux » Aux Africains
Donald Trump a prié le dirigeant rwandais Paul Kagame, président de l’Union Africaine, de transmettre « ses sentiments chaleureux » aux chefs d’Etat du continent, qui s’étaient récemment insurgés contre des propos « blessants » attribués au président américain.

L’UA, qui se réunit en sommet les 28 et 29 janvier dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, avait condamné mi-janvier les remarques « blessantes » de Donald Trump à l’encontre de plusieurs nations africaines qualifiées de « pays de m…. » dans des propos rapportés par des médias.

« Je sais que vous (NDLR : l’Union africaine) vous réunissez bientôt, et je vous prie de transmettre mes sentiments chaleureux » aux dirigeants africains, a dit le président américain après une rencontre avec son homologue rwandais au Forum économique mondial de Davos (Suisse).

Couvrant son interlocuteur de propos élogieux, Donald Trump a parlé d’une « excellente discussion », « absolument merveilleuse » avec le chef d’Etat africain qu’il a eu le « grand honneur » de rencontrer dans la station de ski huppée.

Kagame a lui jugé que l’entretien avait été « bon », ajoutant que les deux hommes avaient parlé d’économie et d’échanges commerciaux.
Le président américain n’a pas répondu à des questions criées depuis la salle pour savoir s’ils avaient évoquées les propos sur les « pays de merde ».

Le Forum économique mondial de Davos réunit depuis mardi des milliers de grands patrons, riches financiers et dirigeants politiques.

Donald Trump doit y prononcer un discours ce vendredi.

Les déclarations attribuées à Donald Trump ont suscité une vague d’indignation mondiale.

Les ambassadeurs du groupe africain à l’ONU ont par exemple exigé « rétractation » et « excuses ». Le Sénégal et le Bostwana ont convoqué chacun l’ambassadeur américain. Et le gouvernement haïtien a lui dénoncé des propos « odieux et abjects »

Donald Trump a dans un premier temps réagi, comme souvent, via Twitter, avec une formule alambiquée: « Le langage que j’ai utilisé lors de la réunion était dur mais ce ne sont pas les mots utilisés ».

« Je ne suis pas raciste. Je suis la personne la moins raciste que vous ayez jamais interviewée », a ensuite déclaré le président américain à des journalistes.

Voaafrique avec AFP

« Pays de merde »: Face à Kagamé, Trump recule…
Donald Trump a eu beau parler vendredi de ses «sentiments chaleureux» pour les dirigeants africains, il n’a pu faire oublier à Davos les propos sur les «pays de merde» qui lui ont été attribués. Le président américain a prié vendredi le chef d’Etat rwandais Paul Kagame, président de l’Union Africaine, de transmettre «ses sentiments chaleureux» aux chefs d’Etat du continent, après une rencontre au Forum économique mondial (Suisse).
L’UA, qui se réunit en sommet les 28 et 29 janvier dans Addis Abeba, avait condamné mi-janvier les remarques «blessantes» de Donald Trump à l’encontre de plusieurs nations africaines qualifiées de «pays de merde» dans des propos rapportés par des médias.

Couvrant son interlocuteur de propos élogieux, Donald Trump a parlé d’une «excellente discussion», «absolument merveilleuse» avec le chef d’Etat africain qu’il a eu le «grand honneur» de rencontrer dans la station de ski suisse.

M. Kagame a jugé que l’entretien avait été «bon», ajoutant que les deux hommes avaient parlé d’économie et d’échanges commerciaux.

Le président américain n’a pas répondu à des questions lancées depuis la salle pour savoir s’ils avaient évoqué les propos sur les «pays de merde».

Le Forum économique mondial de Davos réunit depuis mardi des milliers de grands patrons, riches financiers, dirigeants politiques et activistes, dont de nombreux représentants du continent africain.

Boycot

Certains entendent bouder le discours prévu à 13H00 GMT du président américain. Ses «sentiments chaleureux»? «Ce n’est même pas le début du commencement d’une excuse suffisante face à l’humiliation» ressentie, dit à l’AFP Bonang Mohale, entrepreneur sud-africain et chef de l’organisation patronale BLSA. Le président américain n’a laissé aux Africains «aucun autre choix que de boycotter» son allocution, lance-t-il. Bonang Mohale avait envoyé le 19 janvier une lettre ouverte au président américain, assurant que de nombreux entrepreneurs allaient «boycotter» son intervention à Davos «en signe de protestation».

«J’ai entendu parler d’un boycott. Pour ma part, je conseillerais de ne prêter aucune attention aux propos de Trump. Ils ne méritent pas que je perde mon temps», déclare à l’AFP la directrice de l’ONG Oxfam, l’Ougandaise Winnie Byanyima.

« Pas raciste »

Les déclarations attribuées à Donald Trump ont suscité une vague d’indignation mondiale. Les ambassadeurs du groupe africain à l’ONU ont par exemple exigé «rétractation» et «excuses». Le Sénégal et le Bostwana ont convoqué chacun l’ambassadeur américain. Et le gouvernement haïtien a lui dénoncé des propos «odieux et abjects».

La demande d’excuses officielles est restée vaine, l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, faisant seulement part de ses regrets aux ambassadeurs africains, lors d’une rencontre à huis clos.

Donald Trump a d’abord réagi, comme souvent, via Twitter, avec une formule alambiquée: «Le langage que j’ai utilisé lors de la réunion était dur mais ce ne sont pas les mots utilisés». «Je ne suis pas raciste. Je suis la personne la moins raciste que vous ayez jamais interviewée», a ensuite déclaré le président américain à des journalistes.

Advertisement
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité